Mail aux membres 8 / 2020

Situation d'exception avec le coronavirus V

1,9 milliard de francs d'aide fédérale accordée à l'aviation:
- Swiss en profite
- Swissport y renonce

Chers et chères collègues,

Lentement, une ouverture des frontières avec nos pays voisins se profile. Toutefois nous sommes dans l'incertitude quant à la manière dont le virus va continuer de se propager. Personne ne sait s'il faudra ou non compter avec une deuxième vague. La protection de la santé des collaboratrices et collaborateurs et des passagers doit continuer d'avoir la priorité.

Aide fédérale garantie

La Confédération veut soutenir l'industrie du transport aérien avec près de 1,9 milliard de francs.Un lobbyisme marqué et un grand engagement, également de notre part, ont permis d'aboutir à une telle décision.

Malheureusement, le Parlement n'a pas exigé de «standards sociaux» pour accompagner de manière contraignante l'octroi des crédits. Cependant SEV-GATA n'abandonne pas: nous allons poursuivre notre avancée syndicale de manière inébranlable, afin que nos membres puissent avoir des conditions de travail acceptables, aujourd'hui ET demain.

Swiss en profite

Swiss envisage de remplir les conditions requises pour recevoir l'aide de l'Etat qui se monte à 1,25 milliard de francs. Cela lui permettra d'avoir les liquidités pour traverser cette «période de sécheresse». Les conditions fixées par la Confédération contribuent fortement à sécuriser les places de travail en Suisse.

Swiss devra cependant baisser ses «coûts». Jusqu'à la fin juin nous avons pu obtenir le versement des salaires à 100% pour le personnel de Swiss, même en cas de chômage partiel. Pour les collaboratrices et collaborateurs des administrations et des transports publics, ceci constitue un «standard» mais ce n'est pas le cas dans toutes les branches.

Dès le 1er juillet 2020, Swiss exige du personnel qu'il fasse des sacrifices. L'entreprise aurait voulu baisser à 80% les salaires de tout le personnel au sol soumis à la CCT pour la part de chômage technique conformément aux bases juridiques, toutefois les syndicats ont réussi, lors de négociations difficiles, à fixer au moins des «conditions-cadre sociales». Une convention garantit dès lors qu'il n'y aura pas de réduction des salaires en-dessous du seuil de CHF 4’000/mois (taux d'activité 100%), et les indemnités de résidence ne seront pas réduites ni comptées dans ce seuil salarial.

Les détails de la réglementation des réductions et des possibilités de faire des demandes dans des cas particuliers à la fondation «Aufwind» seront accessibles à l'interne.

Les règlementations sont valables jusqu'à fin 2020, une «révision» se fera à fin septembre 2020. Si d'autres groupes de personnel devaient avoir de meilleures conditions en ce qui concerne les réductions salariales, Swiss devra faire les adaptations nécessaires pour le personnel au sol également. SEV-GATA salue les efforts de Swiss pour le maintien des places de travail. Les répercussions au niveau du coût de la vie pour le personnel touché par le chômage partiel peuvent le jeter dans la précarité et ceci peut devenir problématique.

Swissport y renonce

Ce sont quelque 200 millions de francs que Swissport pourrait toucher en tant qu'aide de la Confédération. Toutefois l'entreprise considère que les conditions sont irréalisables. Elle espère actuellement pouvoir trouver le capital nécessaire au maintien de sa solvabilité sur le marché.

Etant donné que Swissport fait partie des entreprises nécessaires à la bonne marche du système, les cantons qui abritent des aéroports sont sollicités pour assurer que, dans le pire des cas, il y ait des entreprises prêtes à reprendre les prestations.

SEV-GATA reste en contact avec les parties prenantes. Nous attendons de la part de Swissport qu'elle garantisse sur le long terme le maintien des places de travail dans le respect de toutes les dispositions contractuelles. De la part des cantons nous attendons que les éventuelles entreprises qui reprendraient les prestations soient obligées de se soumettre à la CCT. Nous sommes intervenus dans ce sens auprès des services cantonaux compétents.

La situation est actuellement particulièrement contraignante pour toutes les parties concernées. Le maintien des places de travail avec un même niveau de qualité est primordial pour permettre aux gens de continuer de vivre dignement et pour que l'économie n'en subisse pas aussi les répercussions suite à un «effet domino».

Les semaines et mois à venir seront empreints d'insécurité et de sacrifices. «Solidarité. Maintenant plus que jamais!» - un slogan qui prend tout son sens même après le 1er Mai et au-delà de nos frontières, puisque SEV-GATA fait partie des organisations internationales.

La solidarité signifie aussi être membre de SEV-GATA (https://sev-gata.ch/fr/). Dans l'intérêt des collègues et pour soi-même: Maintenant plus que jamais!

Cordiales salutations

Philipp Hadorn, président

SEV-GATA, ton syndicat de l'industrie du transport aérien!
Philipp Hadorn, président GATA : SEV-Aviation
Enable JavaScript to view protected content. / www.sev-gata.ch / www.sev-online.ch

Ecrire un commentaire