Mail aux membres 5 / 2020

Situation d'exception avec le coronavirus II

Chers et chères collègues,

Les magasins qui ferment, le chômage technique, la suppression (partielle) des vols, la Suisse se trouve dans une «situation d'exception». En tant que partenaires sociaux, nous sommes en contact étroit avec les entreprises, faisons des conférences téléphoniques régulières et extraordinaires, et beaucoup de membres nous adressent des questions concrètes. De plus en plus de monde tombe malade.

La balle est dans le camp de SEV-GATA. Suite à la conférence de presse de Swiss de ce jour (19.3.2020), nous avons envoyé le communiqué de presse ci-après.

L'Union syndicale suisse a adressé à la Confédération un paquet de mesures (https://www.uss.ch/actuel). Une lettre commune a été envoyée au Conseil fédéral par les syndicats du domaine de l'aviation pour une protection spéciale de la branche du «trafic aérien». Les prestataires liés aux compagnies aériennes, tels que Swissport entre autres, ont un besoin urgent d'un soutien de l'Etat.

Beaucoup de réponses aux questions concernant le droit du travail peuvent être trouvées online sur notre site https://sev-online.ch/fr/aktuell/kontakt.sev/2020/sev-info-zum-coronavirus-deine-rechte-unsere-forderungen/. Nous sommes bien entendu à disposition pour tous renseignements complémentaires personnalisés. Mais au vu de la situation difficile il peut y avoir parfois quelques retards.

Le 20 mars 2020 il y aura d'autres décisions du Conseil fédéral. Mis à part les mesures de protection de la santé, il faudra s'attendre à une mise à disposition de moyens supplémentaires pour surmonter la crise.

Chères et chers collègues, la situation de crise actuelle a des répercussions auxquelles personne n'aurait pu s'attendre. Dans cette situation également, SEV-GATA, ton syndicat, est à tes côtés, solidaire, pour défendre tes intérêts.

Cordiales salutations

Philipp Hadorn, président

SEV-GATA, ton syndicat de l'industrie du transport aérien!
Philipp Hadorn, président GATA : SEV-Aviation
Enable JavaScript to view protected content. / www.sev-gata.ch / www.sev-online.ch

 

Communiqué de presse du 19 mars 2020

Les transports aériens font partie du service public

Les jobs du domaine aérien ont besoin de sécurité

A cause de la crise liée au coronavirus, Swiss se retrouve à terre. «Maintenant la Confédération et Swiss doivent prouver par des actes concrets que les transports aériens constituent une part existentielle de notre économie», affirme Philipp Hadorn, président de SEV-GATA, le Syndicat du personnel au sol. Et de préciser: «Un financement de la Confédération est nécessaire pour garantir les emplois après la crise. Quant à Swiss, au vu de l'excellent résultat affiché en 2019 elle devrait être à même de verser au personnel au sol des salaires à 100% durant toute la période de chômage technique.»

La crise liée au coronavirus montre la vulnérabilité de notre système. Les plus touchés sont les employé.e.s du domaine de l'aviation. Les transports aériens sont un élément essentiel du succès économique de la Suisse. «Il s'agit maintenant de garantir le maintien du savoir-faire du personnel après la crise et le pouvoir d'achat à 100% durant la période de chômage technique», souligne Philipp Hadorn. Ceci est dans l'intérêt du personnel mais aussi de Swiss et du monde économique suisse.

Au tournant du siècle lors du grounding de Swissair, la Suisse avait déjà prouvé, en mettant sur pied la compagnie Swiss qui a succédé à Swissair, que le domaine de l'aviation jouait un rôle important dans le système. Dans la crise actuelle également il est essentiel que la Confédération, par son financement, démontre qu'elle a conscience de l'importance du transport aérien. En outre, certaines conditions doivent être mises en avant. Comme dans d'autres domaines du service public, nous exigeons de Swiss un maintien du pouvoir d'achat pour le personnel durant les mois de la crise. Les structures doivent être maintenues en «standby» par des garanties d'emplois afin que le trafic aérien, important pour notre pays, puisse rapidement reprendre de l'ampleur.

«La Suisse et la compagnie Swiss doivent maintenir ces structures afin que la situation de l'aviation suisse puisse se détendre après la crise du coronavirus, dans l'intérêt de toute l'économie nationale», poursuit Philipp Hadorn. «Il s'agit également de traiter équitablement tous les employé.e.s du service public dont fait partie le domaine de l'aviation. Le personnel au sol de Swiss, en acceptant les modalités pour surmonter cette crise ainsi que la prolongation de la CCT (qui nécessiterait des améliorations) à fin 2021, a déjà fait suffisamment de sacrifices, sans parler des concessions faites durant les crises précédentes. Les décisions exceptionnelles doivent pouvoir s'appuyer sur des solutions exceptionnelles courageuses, sachant que Swiss doit être protégée d'une sortie de fonds pour la maison-mère.»

Ecrire un commentaire